Pour que le rêve de petit ou de grand jardin prenne forme sur la réalité du terrain, le bureau de design environnemental Pierre Mahy étudie minutieusement chaque aspect du projet.

Des aspects de la composition complexes et nombreux car en perpétuel mouvement, dans des interactions se tissant multi-directionnellement, à la fois entre le commanditaire-propriétaire, le concepteur paysagiste, l’environnement spatio-temporel, et enfin l’espace en devenir du jardin.

Pour Pierre Mahy, c’est au professionnel du paysage qu’il revient de les considérer dans leur exhaustivité, ce pourquoi il accorde dans sa méthode une place centrale à l’écoute du client. Si certains souhaits peuvent être d’emblée exaucés, d’autres nécessitent les propositions créatives du paysagiste afin d’être redirigés en fonction de ce que dicte une approche contextuelle et holistique du terrain.

Après considération de l’ensemble des impératifs et des souhaits, c’est dans une perspective de qualité et de durabilité que le paysagiste va imaginer et étudier la faisabilité du Jardin. Cette étude, comprenant un croquis à main levée, un plan général de circulation et des plantations, ainsi qu’un estimatif de l’enveloppe budgétaire, représente un investissement de l’ordre de 295 à 850 € TTC.

À noter — Dans le cas d’un double-projet, c’est-à-dire à la fois le jardin et la maison à bâtir, il est fortement recommandé de les concevoir couplés plutôt que séparés. Le paysagiste devrait donc être appelé en même temps (et non après) l’architecte, afin de penser judicieusement les problématiques communes, notamment celle de la cohérence de l’esprit, de l’ambiance, du style, ou encore l’implantation et l’orientation de la maison dans le jardin.